Comment la confiance contribue-t-elle à la performance des équipes ?

C’est le thème qu’Edith Fiolleau, formatrice et coach en management/communication et adhérente au club FACE Loire Atlantique,  a choisi pour l’animation  du petit déjeuner nazairien de FACE du 28 février.

L’objectif de cette rencontre était multiple : vivre les étapes indispensables à la création d’une équipe solidaire et performante, comprendre les enjeux de la confiance dans la création d’une telle équipe et vivre la puissance du coaching collectif.

Au cours de cet atelier participatif, se sont succédés des mises en situations ludiques par équipes avec un problème à résoudre, des débriefings collectifs guidés pour partager les ressentis vécus par les participants et les relier aux quotidiens professionnels et des apports théoriques, issus de l’Analyse Transactionnelle et de concepts Coach and Team ®.

La méthodologie utilisée par Edith Fiolleau  – faire vivre pour faire comprendre  – a permis aux  participants d’expérimenter les étapes indispensables à la création d’une équipe performante et de comprendre le rôle fondamental joué par la confiance.

 

2 questions à Edith Fiolleau :

En quoi la confiance est-elle importante au sein d’une équipe ?

La confiance est nécessaire et indispensable pour générer de la performance au sein d’une équipe. En effet, l’échelle de confiance détermine, entre autres,  le niveau d’adhésion des collaborateurs aux règles de fonctionnement de l’équipe, le degré d’appartenance et d’ouverture au groupe et le niveau de solidarité de l’équipe.

Ces 3 indicateurs reflètent la qualité des relations humaines au sein de l’équipe. C’est le terreau de la créativité. La créativité étant source d’innovation, pure ou dédiée à la résolution de problèmes opérationnels, elle génère des résultats. L’équipe est alors performante.  Ses bons résultats la font progresser dans son échelle de confiance. La confiance renforcée, le groupe est plus solidaire, plus créatif et ses résultats sont encore améliorés.

A l’inverse, sans confiance, il n’y aura pas de solidarité, pas de créativité et donc pas de résultats. Le niveau de confiance se dégradera, tout naturellement, tout comme les relations au sein de l’équipe, de la solidarité, de la créativité… Sans confiance, les résultats seront de moins en moins bons.

Comment faire pour qu’une équipe ait confiance en elle-même ?

La confiance ne se décrète pas, malheureusement. Le métier de manager s’en verrait grandement simplifié !

Si la confiance impacte les relations humaines au sein de l’équipe, réciproquement les relations  impactent le niveau de confiance. Une aubaine pour le manager !

Chaque manager a en effet moyen d’agir sur les relations humaines au sein de son équipe et donc, par ricochet, sur la confiance. Pour cela,  le manager peut recourir au circuit confiance dont la mise en oeuvre  favorise les relations humaines de qualité, source de confiance.

Ce sont  précisément  les étapes du circuit confiance qu’ont vécu les participants lors du petit déjeuner organisé par FACE : les règles de fonctionnement du groupe (équipe éphémère, le temps de l’atelier) ont été co construites. Le groupe y a adhéré. Chaque participant a eu sa place, a été identifié et reconnu au sein du groupe.  Une intimité professionnelle s’est créée pour qu’enfin la solidarité et la créativité permettent à l’équipe de résoudre, en toute confiance,  le problème posé. Une fois le résultat obtenu, la confiance n’en a été que renforcée. Le cercle vertueux a été enclenché !

Edith Fiolleau accompagne, avec bienveillance et exigence, les équipes pour augmenter l’intelligence collective du groupe. Elle enseigne aussi à l’Ecole Centrale de Nantes, à l’Université Catholique de l’Ouest et à l’Université d’Angers…..

Vous aimerez aussi...